65ème édition
Folies !
15 concerts et spectacles
du 27 Juin au 24 Juillet 2022

Isabelle PONCELET
Présidente

Folies !

Rien n’est jamais tout à fait prévisible ! Des crises se succèdent, des restrictions nous contrarient. Il nous faut alors des moments de nouveaux équilibres émotionnels.

Folies ! C’est ce que nous proposent les Festivals de Wallonie, l’envie de pousser au plus loin d’un côté le balancier pour compenser les folies négatives des actualités internationales de l’autre.

La musique n’est pas à sa première expérience dans ce domaine. Aux heures les plus noires, il n’était pas rare d’entendre les plus belles harmonies habiller les grands désespoirs : sur le Titanic durant le naufrage ou les trêves de Noël durant la Première Guerre Mondiale sont sans doute les exemples les plus forts.

Même si dans notre pays la situation n’est pas si grave, ce brin de folie aura le mérite d’égailler quelques soirées d’été dans notre province de Luxembourg.

Dès le concert d’ouverture, le ton est donné par Lorenzo Gatto et le Young Belgian Strings qui nous feront vibrer aux couleurs de deux cycles de saisons, celui du compositeur germano-britannique Max Richter qui revisite les quatre concerti d’Antonio Vivaldi et celui d’Astor Piazzolla, les quatre saisons aux rythmes tango du sud. Ce n’est pas avec « La Framboise frivole » que l’ambiance va s’assagir. L’humour « déjanté » à la belge est poussé à l’extrême dans leur nouveau spectacle « magrittiste », « Ceci n’est pas une framboise frivole ». L’ensemble vocal a cappella APOLLO5 qui clôture le premier weekend de juillet, nous emmènera redécouvrir des folies de l’amour mises en musique à travers les siècles depuis la Renaissance.

La folie peut s’apparenter aussi à l’audace, c’est ce que nous découvrirons les 9 et 10 juillet avec de la musique essentiellement vocale par des artistes pratiquement exclusivement, belges. Le Chœur de Chambre de Namur présentera un programme très peu connu du compositeur liégeois César Franck ; l’ensemble vocal « Mozaïk voices » d’Arlon, un des coups de cœur de cette année, nous surprendra avec une Missa Jazz de Peter Schindler. La soprano Sophie Junker, accompagnée d’Anthony Romaniuk osera aborder les différentes facettes de la solitude à travers des œuvres de l’époque baroque jusqu’à la musique populaire du XX° siècle.

Le troisième weekend sera plus intimiste et plus romantique. En soirée du samedi, le Quatuor à cordes Adelphi nous présentera « L’heure exquise » centrée sur des compositeurs allemands tels que Schumann, Mendelssohn et Haydn. Le deuxième coup de cœur, le duo Kaléïde nous fera partager dimanche après-midi, les subtils mélanges sonores de l’accordéon et de la voix de soprano. Tout aussi intimiste mais pas loin de la folie, Paul Verlaine qui s’appelait lui-même le poète maudit, sera au répertoire du baryton Werner Van Mechelen et du comédien Damien Trapletti lors du Concert théâtral du dimanche soir.

La folie de l’amour sera une quatrième déclinaison du thème de cette année avec en première soirée du weekend « Le Pari des Bretelles » où les musiciens du quatuor à cordes Hermès, le contrebassiste Edouard Macarez et l’accordéoniste Félicien Brut embrassent littéralement leur instrument pour nous faire entendre des œuvres de Gershwin, Piazzolla, Prokofiev… « L’Univers de l’Amour en Musique » sera au programme du dernier coup de cœur : Claudia Porrero et Jonathan Vork accompagnés au piano par Alain Bajot. Sans nul doute, l’apothéose de la folie de l’amour se rencontre dans la tragédie de Roméo et Juliette et dans l’interprétation assurée de Jodie Devos et Lorenzo Dasse accompagnés au piano par Nicolas Krüger.

Voici donc une saison 2022 particulièrement folle, où les folies meurtrières seront remplacées durant quelques instants par des folies déjantées, des folies audacieuses, des folies romantiques et des folies de l’amour.

Comme le disait Gustave Flaubert : « Folie pour folie, prenons les plus nobles ».

Els CELIS
Directrice artistique

Introduction aux concerts

Choisir comme thème les Folies au sortir de deux ans de pandémie n’a rien d’anodin. Car en effet il est permis de considérer qu’organiser un festival de musique dans un contexte rendu encore plus anxiogène du fait des tensions internationales et de leurs conséquences économiques relève quelque part de la folie… Si elle existe, elle est en tout cas généreuse, et nous sommes convaincus que la musique a sans doute plus que jamais une place à prendre dans nos vies, parce que nous avons besoin de renouer avec l’émotion collective, avec le partage du beau, avec une quête de sens nourrie aux meilleures sources.

Partant de là, notre festival vous propose comme de coutume un menu varié, un parcours riche en sensations dont chaque étape participe à un tout cohérent tout en possédant sa propre magie.

Parmi les formes de folie que les musiciens et les artistes en général ont exploré dans ses moindres recoins figure celle qui trouve son origine dans le sentiment amoureux. C’est bien entendu le prétexte à autant de peintures subtiles ou plus saisissantes des désordres de l’âme instillés par un sentiment ô combien précieux mais dont le potentiel destructeur peut également se révéler sans limites. Toute une palette de nuances est donc possible. Ainsi par exemple, le concert du 3 juillet s’attarde à disserter autour d’un symbole très fort, celui de la rose, la fleur qui accompagne l’amour mieux que toute autre mais en symbolise aussi au passage l’émouvante fragilité. Le concert du 17 juillet, qui met en valeur la personnalité et l’œuvre de Verlaine, le poète maudit, aborde la même thématique avec davantage de passion dévorante. Le 24juillet, c’est même l’histoire d’amour la plus célèbre de tout le répertoire théâtral et opératique qui est évoquée, celle de Roméo et Juliette. Quant au concert d’ouverture, le 2 juillet, il aborde le sujet sous un angle plus charnel, celui du tango, une danse à nulle autre pareille qui présente un subtil équilibre entre un potentiel érotique évident et une codification du geste totalement maîtrisée.

La folie peut aussi être celle des grands romantiques, qui bien souvent ont éprouvé des difficultés à exprimer toute la générosité de leurs sentiments au sein d’une société trop corsetée pour eux. La musique de chambre, par exemple, a régulièrement servi d’exutoire aux passions qui bouillonnent sous un habit d’apparence classique (concert du 16 juillet). Un vent de douce folie peut également présider à la conception de programmes de concerts originaux qui n’hésitent pas à mélanger les époques, les esthétiques en un joyeux bouquet coloré. C’est dans cette catégorie que l’on peut classer sans hésiter le récital de Sophie Junker le 10 juillet et le concert du Pari des bretelles, lequel nous emmène à la rencontre de l’accordéon à travers lui aussi un savant mélange de musiques savantes et populaires (le 23 juillet).

Un festival se doit aussi de rester attentif aux anniversaires importants. En 2022, il ne peut être question de rater le rendez-vous avec César Franck, un immense compositeur qui certes ne s’est pas distingué par la folie et le désordre des sentiments mais a produit une musique de grande qualité de facture, notamment liée à la voix (mélodies, musique sacrée, oratorio, opéra). Notre festival s’inscrit donc dans l’année Franck à travers non pas une œuvre emblématique et imposante mais par le biais d’une sélection d’œuvres vocales plus rares qui jettent un pont ravissant entre l’église et le salon, le répertoire sacré et la musique profane (le 9 juillet). Autre anniversaire, celui de l’ensemble Musiques Nouvelles, qui nous offre une immersion dans un répertoire certes contemporain mais généreux, ouvert, plein d’humanité et volontiers méditatif.

Il sera bon alors de s’accorder également quelques plages de pur bonheur spontané, d’enthousiasme, voire même d’humour débridé, avec tout d’abord une messe jazz pleine d’énergie (le 10 juillet), et ensuite un spectacle de la Framboise frivole, dans lequel le plus grand sérieux apparent voisine avec le délire surréaliste. Un produit belge hautement appréciable en ces temps troublés (le 3 juillet).

Nous espérons que vous puiserez ici matière à vous ressourcer et à nourrir votre esprit au contact des plus belles musiques et des meilleurs interprètes.